Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Mythe
Du 12 au 31 janvier 2021

Créé au Mois Multi et à Espace Libre en 2019, MYTHE est le second opus d’un cycle sur le sacré, qui se penche sur les questions de la mort, du temps et de la transmission. Entre récital, concert et performance, il rend hommage au souffle et à l’oralité, genèse de toute musique et de tout langage. Porté par cinq chanteuses et comédiennes à la présence magnétique, il célèbre dans l’unisson la vivacité du féminin et le plaisir physique de l’expression vocale.

Dans un espace douillet déployé sur en 360 degrés qui évoque un salon de thé, une caverne préhistorique ou un feu de camp, le choeur d’interprètes invente, à partir des similitudes entre les mythes et les cosmogonies, des rituels et des poèmes qui reconfigurent le rapport au temps et à l’espace. Avec des actions aux quatre coins de la salle et des micros dispersés un peu partout, les configurations varient, tout comme le contact avec la voix, qui passe de l’intimité à l’impression d’être dans une cathédrale.


Idéation, musique, texte et mise en scène Mykalle Bielinski
Avec Mykalle Bielinski, Florence Blain Mbaye, Laurence Dauphinais, Émilie Monnet et une autre interprète


Crédits supplémentaires et autres informations

Dramaturgie : Sophie Devirieux
Scénographie : Odile Gamache
Conception sonore : Joël Lavoie
Conception lumières : Hugo Dalphond
Direction technique et assistance à la mise en scène : Claudie Gagnon
Mentor au mouvement : Mélanie Demers
Direction de choeur : Stacey Brown et Mélodie Rabatel

Rencontre avec le public
à venir

  À la carte*
Général 38$
65 ans et + 30$
30 ans et + 28$
Vendredis GO 20$ 30 ans et -

Production déléguée de LA SERRE - arts vivants, avec la collaboration d'Espace GO


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en 2019

MonTheatre a eu le privilège d’assister à la générale de la plus récente création de Mykalle Bielinski, Mythe, présenté en primeur au Mois Multi 2019, puis à l’Espace Libre du 12 au 16 février 2019.




Crédit photos : Maxime Côté

En 2016, la jeune créatrice nous avait offert le superbe Gloria, un spectacle musical sacré avec de multiples projections à 360 degrés. Avec Mythe, elle pousse l’expérience de l’immersion transcendante encore plus loin, mais sans images. Tout circule grâce aux corps et à la respiration.

À la manière de Gloria, le public est encore une fois invité à prendre place sur des coussins, au milieu d’une scène recouverte d’édredons et de couvertures blanches, de bouts de poutres, de petites lampes et de bibelots divers. On lui sert même une tisane maison. Tout appelle au confort, au laisser-aller, à la suspension du temps, pour un moment.

Les chants « désacralisés », éthérés, emplissent la salle, les oreilles et le corps, sculptant délicatement le marbre de notre esprit.

En entrevue récemment, Mykalle Bielinski expliquait son intérêt grandissant envers l’éveil de la spiritualité. Mythe est l’un des résultats de cet intérêt, se voulant une création qui (s’)interroge (sur) la mort, mais aussi sur la créativité, le temps, l’existence, la présence, l’absence, la mémoire, l’espace et le rêve. Par des textes scandés, parfois plus concrets, parfois plus poétiques ou philosophiques, l’autrice et compositrice explore ces nombreux thèmes. Le français et l’anglais se côtoient (avec une légère prédominance pour cette dernière, ce qui pourrait en irriter certains) créant des oppositions et des conjonctions linguistiques et sonores. L’utilisation de plusieurs langues (il y aura un chant bulgare, et de l’exploréen au cours de la représentation) permet, toujours selon l’autrice, d’explorer l’identité, de changer les perspectives. Cependant, on peine un peu à sentir cette altérité, puisque les pensées sont davantage traduites d’une langue à l’autre plutôt qu’être en opposition. Le point de vue, qui devrait être différent, semble alors être relativement le même.  

L’expérience devient réellement sensorielle, contemplative et immersive lorsque le chœur, composé de Mykalle Bielinski, Florence Blain Mbaye, Laurence Dauphinais, Elizabeth Lima et Émilie Monnet, élève sa voix à l’unisson ou en polyphonie. Les chants « désacralisés », éthérés, emplissent la salle, les oreilles et le corps, sculptant délicatement le marbre de notre esprit. Les chants se font cycliques, rappelant parfois des mantras. Comme seul accompagnement, le son d’un orgue, rappelant la musique chrétienne, alors que la voix évoque des sonorités de toutes les cultures. La voix de Bielinski, coryphée moderne, se veut d’une clarté, d’une justesse, d’une précision et d’une puissance exceptionnelle. Ensemble, la voix des cinq femmes crée des moments de tension, de contrepoint, parfois d’une magnifique douceur, parfois d’une grande dureté.

La place choisie au préalable par les spectateurs viendra jouer sur l’appréciation globale du spectacle, puisque la création privilégie l’expérience sonore à 360 degrés plutôt qu’une certaine uniformité. À quelques moments, on entendra davantage certaines interprètes que d’autres, dépendamment de leur position ou leur proximité dans l’espace. D’autres fois, le son sera plus riche, plein, concentré, lorsqu’elles se réuniront, par exemple, au milieu du dispositif scénique.

Commencement du monde, existence, souvenirs, puis mort ; Mythe tente une plongée tout aussi intime que d’envergure au cœur de réflexions et de notions qui nous dépassent tous et toutes. Chacun s’abandonnera à différents niveaux et éprouvera certainement différentes émotions lors des 60 minutes de la représentation. Certains mourront à quelques reprises (comme le mentionnait un voisin de coussin), épris par la beauté du moment ; d’autres voyageront bien différemment, au cœur d’une vie qui palpite et qui s’élève, malgré tout.

07-02-2019


Espace Go
4890, boul. Saint-Laurent
Billetterie : 514-845-4890

Facebook Twitter Vimeo Youtube 

Dates antérieures (entre autres)

Février 2019 - Mois Multi (Québec) + Espace Libre