Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Consentement
Du 12 décembre 2018 au 2 février 2019

Deux couples d’avocats se retrouvent lors de soirées bien arrosées. Avec humour et sarcasme, ils commentent les dossiers qui les occupent, dont une histoire de viol. Spectateurs amusés de la bêtise des passions humaines, ils se voient volontiers au-dessus de la mêlée, comme des êtres de raison, les gardiens du Droit. Et voilà qu’à la maison, leur propre vie commence à s’effriter. Tour à tour, ils connaissent trahison, détresse, accusations et incompréhension. Qui a raison ? Où se trouve la vérité ? Brusquement, tout devient beaucoup moins clair. Au cœur du mystère : la notion de consentement.

Véritable triomphe à sa création à Londres en 2017, Consentement jette une lumière crue sur la distinction entre loi et justice. La dramaturge britannique Nina Raine livre une pièce puissante, truffée de dialogues serrés et stimulants, parfois comiques, parfois cinglants. Elle y oppose la rationalité, sur laquelle le système juridique est fondé, à l’irrationalité, propre à la nature humaine. Dans un subtil renversement des rôles, ce qui ressemble d’abord à un drame judiciaire devient un examen sans merci des tensions qui ébranlent mariages et amitiés. Consentement résonnera longtemps chez le public, à la fois juge et jury dans cette tragi-comédie aussi dérangeante qu’intelligente.


Texte Nina Raine
Mise en scène Frédéric Blanchette
Traduction Fanny Britt
Interprétation Anne-Élisabeth Bossé, Patrice Robitaille, Marie Bernier, Véronique Côté, David Savard, Mani Soleymanlou, Cynthia Wu-Maheux


Crédits supplémentaires et autres informations

Décor Marie-Renée Bourget Harvey
Costumes Julie Breton
Éclairages André Rioux
Musique Mykalle Bielinski
Accessoires Normand Blais
Assistance à la mise en scène Andrée-Anne Garneau

TARIFS

SECTION 1

rangées A à N

SECTION 2

rangées O à Q

SECTION 3

rangées R à T
Adulte 64,00 $* 51,00 $* 39,00 $
Jeunesse (billet au prix de l'âge, 18 à 35 ans, preuve d’âge exigée, duceppe.com/TonAge) - - -
Aîné (65 ans et plus, preuve d’âge exigée) 57,00 $* 46,00 $* 34,00 $
Ado (12 à 17 ans, accompagné d'un adulte qui paie le prix courant. Une preuve d’âge est exigée.) 25,00 $ 25,00 $ 25,00 $
Promo 24 : 24 billets pour chacune des 3 premières représentations. Détails: duceppe.com/24h n.d. n.d. 24,00 $

Tous frais et taxes inclus
* à partir de

Une production DUCEPPE


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

Après avoir connu un grand succès à Londres lors de sa première mouture en 2017, la tragi-comédie Consentement est d’une actualité déconcertante. Dans cette ère où le mouvement #MeToo continue de faire jaser, la présentation de la plus récente pièce écrite par l’auteure britannique Nina Raine semble apparaître comme un véritable appui à toutes les victimes d’agressions ou de harcèlement sexuels. Traduite pour la scène québécoise par Fanny Britt et sous la direction de Frédéric Blanchette, le spectacle ne manquera certainement pas de faire réfléchir au sortir du théâtre Jean Duceppe.






Crédit photos : Caroline Laberge

Sans omettre de pointer du doigt les lacunes du système judiciaire, le franc discours énoncé par des personnages tout à fait crédibles montre une réalité qui peut choquer, mais dont personne ne s’étonne. Devant le quotidien de deux couples d’amis avocats chamboulés par des histoires d’infidélité et d’agressions dont ils sont soit le témoin, soit l’auteur, le public fait office de jury, écoutant la plaidoirie de chacun en alternance. Grâce au déplacement du même mobilier sur scène tout au long de la pièce et des effets d’éclairage variés conçus par André Rioux, le public peut facilement comprendre le changement de point de vue qui s’opère sans, toutefois, être certain du lieu où se déroule l’action. Cette ambiguïté recherchée par les concepteurs s’avère fort intéressante pour implanter un doute raisonnable dans la tête de chaque spectateur. Dommage que ces nombreuses reconfigurations de la scène jouent négativement sur la fluidité de la trame narrative. Même si ces petits intermèdes offraient au « jury » de la soirée le loisir de pouvoir réfléchir aux propos échangés sans perdre le fil de l’action, le choix de tamiser les lumières constamment à chaque changement de lieu semblait donner un caractère un peu plus « amateur » à l’ensemble de la production. Par chance, le metteur en scène réussit à provoquer une image forte avant les dernières répliques alors que quelques comédiens se chargent de faire pivoter le décor principal de Marie-Renée Bourget Harvey en assumant pleinement le déplacement incontrôlé des meubles et accessoires sur scène.

Portant un regard sans jugement sur les individus qu’ils incarnent, les comédiens donnent à voir un jeu où leurs paroles priment sur tout le reste.

Chanceux de pouvoir compter sur des dialogues assez puissants en raison de leur réalisme, les interprètes font preuve d’une sensibilité remarquable vis-à-vis leur personnage. Portant un regard sans jugement sur les individus qu’ils incarnent, les comédiens donnent à voir un jeu où leurs paroles priment sur tout le reste. Les personnages se présentent dans toute leur complexité et leur ambivalence, ce qui sert magnifiquement bien les dialogues tantôt lourds de sens, tantôt drôles et légers. De toute évidence, le travail de Fanny Britt mérite de sincères félicitations pour avoir su déceler l’essentiel du texte de Raine et lui donner une résonnance québécoise assez convaincante. Malgré la conservation des prénoms anglais et certains costumes de Jennifer Tremblay qui rappellent l’origine britannique de la pièce, le ton familier qu’emploie la troupe ne manque pas de faire honneur à la culture d’ici et de provoquer quelques rires. Sans surprise, Patrice Robitaille vole la vedette sur ce point. Mani Soleymanlou et David Savard se révèlent des complices formidables. Quant à la performance des femmes (Marie Bernier, Anne-Élisabeth Bossé, Véronique Côté et Cynthia Wu-Maheux), elle est souvent appuyée par la musique sans paroles de Mykalle Bielinski qui transforme leur jeu authentique en un moment d’une touchante intensité. Si l’auditoire ne peut oublier qu’il est au théâtre, il peut certainement faire abstraction du caractère fictionnel des personnages bien défendus.

Se terminant par le rappel de la ligne mince qui existe entre une condamnation et une disculpation, Consentement laisse les spectateurs reprendre leur rôle conventionnel, la tête remplie d’arguments qui serviront à alimenter un débat assuré au retour. Si certains changements de décor peuvent provoquer des temps morts, il faut dire que le metteur en scène a su s’entourer d’une équipe capable de persuader son public d’écouter le plaidoyer qu’elle sert jusqu’à la fin.

14-12-2018
 
DUCEPPE
175, rue Sainte-Catherine O. - Place des Arts
Billetterie : 514-842-2112, 1-866-842-2112

Youtube Facebook Twitter Instagram