Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Paysages de papier
4 à 10 ans
Du 10 au 21 mars 2021
Un danseur déroule un long pan de papier. Il marche dessus, s’y enroule, culbute, se créant au passage une cape, un abri. Puis, il est attiré par une immense feuille, semblable à un lit où se froisseraient des rêves. Deux amis en sortent, et dès lors, le trio s’amuse avec toutes les possibilités du papier, qui devient une queue de sirène, une carapace ou une voile dans la tempête. Avec dextérité et délicatesse, les corps, tels des origamis, se plient et se déplient en différentes formes ludiques ou porteuses d’émotions.

UNE DANSE SURPRENANTE
Après le spectacle Tendre, dans lequel deux personnages se retrouvaient liés par un élastique rouge, la chorégraphe Estelle Clareton explore cette fois les réactions du corps au contact physique et sonore du papier. Dans une danse dynamique, sans paroles, composée d’une suite de tableaux rigolos ou plus envoûtants, les interprètes se mêlent à la matière froissée, pliée, déchirée, pour laisser s’exprimer leur joie, mais également leur vulnérabilité, leurs inconforts et leurs peurs.

DÉPLIER L'IMAGINAIRE
Comme une page vierge qui attend qu’on y esquisse ce qu’on veut, l’espace scénique malléable laisse ici toute la place à l’imagination. Au fil de ces « paysages de papier », on découvre que la créativité, si elle est source de plaisir et d’inattendu, est aussi un excellent remède au vertige de l’ennui et de la solitude.


Chorégraphie Estelle Clareton en collaboration avec les interprètes
Avec Nicolas Labelle, Olivier Rousseau et Jessica Serli


Crédits supplémentaires et autres informations

Assistantes à la création et répétitrices Emmanuelle Bourassa Beaudoin et Annie Gagnon
Scénographie, accessoires et costumes Karine Galarneau
Musique Éric Forget
Éclairages Karine Gauthier
Aide à la composition de la valse Paul Dawson
Couture Geneviève Beauchamp
Direction de production Catherine Comeau
Direction technique Karine Gauthier ou Caroline Nadeau
Photos Stéphane Najman

Durée 50 minutes

TARIFS – HIVER-PRINTEMPS 2021
Spectacle régulier : 17 $ (avant taxes)
Déambulatoire (Le mystérieux chemin des marionnettes) : 20 $ (avant taxes)
Spectacle intime (Depuis la grève) : 20 $ (avant taxes)
BILLETS EN VENTE DÈS L'ANNONCE DE LA RÉOUVERTURE DES SALLES

– Tarifs par personne par spectacle. Frais d’administration inclus. Taxes en sus.
– Le nombre de places disponibles est ajusté selon les règles de distanciation établies par la Direction de la santé publique.
– Les sièges sont regroupés sous forme d’îlots permettant aux membres d’un même ménage d’être assis ensemble, tout
en respectant la distance de 1,5 mètre avec les autres spectateurs : un ménage est composé de personnes vivant
à la même adresse.
– Aucun retardataire ne peut être admis.
– Les achats de billets se font uniquement en ligne ou par téléphone.
– Utilisation de billets électroniques seulement : aucun billet papier n’est émis.

Production Créations Estelle Clareton


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en octobre 2019

Depuis deux décennies, la chorégraphe Estelle Clareton conçoit des œuvres qui cherchent à interpeller les spectatrices et spectateurs avec, pour reprendre ses mots, un « désir de scruter les liens élastiques, instables, invisibles, dangereux, que l’on tisse avec l’autre », tel qu’on peut le lire sur son site creationsestelleclareton.com. Cette quête d’explorations sensorielles, de rencontres solidaires et d’éveils artistiques imprègne grandement ses Paysages de Papier. Sa récente création dévoile de nombreuses potentialités de la danse contemporaine pour le jeune public. Dans un mariage de séquences énergiques et d’autres, plus contemplatives, cette exécution scénique exigeante, mais d’une grande sensibilité, s’avère une superbe réussite.


À la représentation du lundi matin au Théâtre Outremont, les toutes-petites et tout-petits ont regardé et écouté (la musique d’Éric Forget joue un rôle majeur dans l’appréciation de cette expérience) avec une attention soutenue du début à la fin. Autour de 45 minutes, Paysages de Papier s’amorcent en quelque sorte avant la fermeture des lumières, alors que les trois interprètes (quel bonheur de voir danser Nicolas Labelle, Olivier Rousseau et Jessica Serli) se retrouvent déjà sur le plateau. L’action surgit avec éclat et avec beaucoup d’humour.

L’intrigue s’articule autour de la passion de Clareton pour la créativité comme remède à l’ennui et à l’anxiété des enfants. Et avec une approche ludique, sa danseuse et ses deux danseurs se servent d’une matière première qui devient le fil narratif de la présente aventure : le papier. Ce matériau permet de construire une suite de tableaux hétéroclites, d’abord cocasses, et ensuite de plus en plus oniriques.

Précédemment, la chorégraphe avait orchestré Tendre, où un duo loufoque composé d’une fille et d’un garçon se retrouvait aux prises avec un encombrant élastique rouge. Plus épurée dans son traitement scénographique (avec des couleurs moins flamboyantes et plus feutrées), Paysages reprend toutefois des thématiques similaires. Presque uniquement sans paroles (seuls quelques mots sont prononcés), elle traite principalement par la gestuelle de la nécessité d’établir des relations humaines empreintes de respect. Plus encore que pour Tendre (qui constituait elle aussi une étonnante démonstration artistique où le plaisir triomphait des contraintes), l’imagination domine cet univers sensitif. À preuve, lors des premières scènes, les impulsions du trio suscitent de nombreux fous rires.

Dans la lignée de Tendre, la production prend plaisir à déjouer nos attentes, à se moquer des stéréotypes et idées préconçues. Le papier connait d’innombrables mutations, se métamorphosant en différents objets ou animaux. Les trois comparses le manipulent, froissent, replient, déchirent, ou encore en enroulent des morceaux autour de leur corps. Heureusement, le résultat ne tombe jamais dans l’exercice de style et témoigne toujours d’une poésie incarnée.

Si la première moitié se distingue par sa cadence rapide et les interactions souvent cocasses entre l’équipe, une certaine rupture s’effectue ensuite jusqu’au dénouement. Plus méditatif, le ton laisse émerger une délicate douceur, comme si nous étions dans un rêve (ou la sensation de détente après une angoisse vive). Une progression dramatique aussi accentuée demeure un fait rare dans le répertoire chorégraphique jeunesse. Petite observation : les gamins paraissent par la suite plutôt tranquilles et grandement concentrés après leurs réactions jubilatoires du début.

La conception sonore pige dans une pluralité d’ambiances, toujours en symbiose avec l’ensemble. Des rythmes plus saccadés au début, elle évolue vers des registres plus mélancoliques et contemplatifs. Soulignons par ailleurs les éclairages soignés de Karine Gauthier qui ajoutent une dimension poétique élégante.

Quand surgit la dernière image, la beauté et les frémissements de ces Paysages de Papier se conjuguent avec le plaisir perceptible, la candeur et la vigueur assumée de ses artisans.

25-10-2019
Maison Théâtre
245, rue Ontario Est
Billetterie : 514-288-7211

Facebook Twitter Youtube Instagram

Dates antérieures (entre autres)

20 octobre 2019 - Théâtre Outremont