Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Zebrina. Une pièce à conviction
Du 9 au 24 septembre 2020
Mardi et mercredi 19h30, jeudi et vendredi 20h, samedi 15h et 20h, dimanche 14h
Supplémentaires du 25 au 27 septembre 2020
Présentation en simultané en salle et en webdiffusion

La création de ce spectacle a eu lieu dans un théâtre « Off‑Broadway » à la fin de septembre 2001. L’auteur, qui tenait le rôle principal et signait la mise en scène, a dû en retarder la présentation, le temps que New York se remette des attentats du 11 septembre. Frappé par le parallèle entre ce hiatus théâtral et la crise que nous traversons, François Girard persiste et signe : « Nous ne nous tairons pas. Nous raconterons nos histoires coûte que coûte ».

Dans un théâtre vide, loué pour un soir, un bibliothécaire se présente avec une valise et une histoire à raconter, celle d’un livre emprunté il y a 133 ans. Quand il arrive sur scène, il éteint la sentinelle, cette lampe qui reste éclairée dans les théâtres déserts. Le lieu peut alors reprendre vie et l’espace s’emplir de mots et d’images.

Le spectacle sera ensuite présenté en anglais au Centre Segal des arts de la scène à Montréal en décembre 2020 et au Centre national des arts d'Ottawa en janvier 2021.


D'après l'oeuvre originale de Glen Berger Underneath the Lintel
Traduction et dramaturgie Serge Lamothe
Mise en scène François Girard
Avec Emmanuel Schwartz


Crédits supplémentaires et autres informations

Assistance à la mise en scène et régie Elaine Normandeau
Décor et acessoires François Séguin
Costume Renée April
Éclairages Alain Lortie
Vidéo Robert Massicotte
Musique Alexander MacSween
Conseillère en diction Marie-Claude Lefebvre

Billet en salle : Mise en vente au grand public le mercredi 19 août à midi

WEBDIFFUSION : Les captations seront accessibles à partir de votre compte-client : pas d’application à télécharger ni de nouveau mot de passe à créer.
FORFAIT COMPLET : pour 65 $, vous aurez accès aux cinq productions de la programmation automnale.
TRIO THÉÂTRE : 42$ pour Zebrina, Prélude à La nuit des rois et L'avalée des avalés
DUO OM + TNM : 30$ pour Pierre et le loup et Le Petit Prince
Veuillez prendre note que la captation et la diffusion de ZEBRINA se fera uniquement en direct.
Pour ne rien manquer du spectacle, connectez-vous à votre compte quelques minutes avant le début de la représentation.
Les autres spectacles peuvent être visionnés au moment de votre choix à l’intérieur de la plage de diffusion annoncée.

Une production du Théâtre du Nouveau Monde
Coproduction Centre Segal des arts de la scène et Centre national des Arts d'Ottawa


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

Après six mois sans qu’aucun spectacle n’ait été présenté, le Théâtre du Nouveau Monde rouvrait ses portes au grand public, hier, à l’occasion de la première de Zebrina. Une pièce à conviction de l'auteur américain Glen Berger, traduite par Serge Lamothe. Dans une mise en scène de François Girard, ce récit de voyage d’un bibliothécaire (Emmanuel Schwartz) qui part à la recherche d’un mystérieux individu s’identifiant « A. » s’avère un excellent moyen d’évasion, même regardé en webdiffusion.


Crédit photos : Yves Renaud

Se frayant un chemin à travers des projecteurs laissés à vue, un Schwartz grisonnant arrive à l’avant-scène, valise à la main. Sur une table des plus ordinaires, il prend le temps d’installer les accessoires dont il aura besoin durant la représentation avant de finalement remarquer la présence d’un public et d’éteindre la sentinelle, cette lampe qui, semble-t-il, sert aux fantômes du théâtre une fois que ce dernier est déserté. Geste simple, mais des plus symboliques dans ce contexte de pandémie, cela donne le ton à un spectacle où réalité et fiction coexisteront de manière poétique. Vêtu de vêtements assez ternes qui renforcent son caractère vieillissant et misérable, le personnage de bibliothécaire timide, mais coloré qu’offre Schwartz, attire la sympathie de l’auditoire, et ce, dès les premières répliques. Que ce soit en raison de son accent hollandais charmant, sa façon bien à lui de s’exprimer ou ses sautes d’humeur qui rappellent à tous un parent quelque peu bourru, ce vieil homme est tout simplement attachant. Le public assiste vraiment à une solide performance d’acteur tout en nuances.

Laissant le soin aux spectateurs d’en tirer sa propre morale, Zebrina. Une pièce à conviction se présente comme une magnifique occasion de renouer avec le théâtre que ce soit en salle ou chez soi.

En ce qui a trait à la conception, tout paraît avoir été pensé dans la plus grande simplicité afin de laisser à Schwartz toute l’attention qu’il mérite. À l’écran, la mise en scène de Girard se tient pratiquement dans un cadre pendant tout le spectacle. Les décors conçus par François Séguin ne comptent que quelques accessoires déposés sur une longue table avec de vrais projecteurs comme toile de fond et une chaise de bureau qui se fond pratiquement dans le noir jusqu’à ce qu’elle se révèle importante vers la fin de l’histoire. Avec une scène aussi épurée, le théâtre, lui-même, se retrouve au cœur de l’action et des aventures, ramenant constamment le public à la réalité. Ce sont les projections vidéo de Robert Massicotte qui viennent ajouter un peu de dynamisme et d’illusions transportant le public dans l’espace et le temps. Au fur et à mesure que l’action se déroule, que les recherches du bibliothécaire avancent et que son obsession pour son sujet de recherche grandit, ces projections accaparent la scène pour complètement engloutir le réel et laisser une atmosphère psychédélique. La musique d’Alexander MacSween et les éclairages d’Alain Lortie progressent également en ce sens alors que l’intensité de l’ambiance sonore s’accentue de plus en plus et que les lumières virent drastiquement au rouge vers la fin de la pièce.

Malgré la montée de la tension et l’impossibilité d’un retour en arrière pour son unique protagoniste, l’histoire se termine avec une petite touche de comédie des plus appréciées. Laissant le soin aux spectateurs d’en tirer sa propre morale, Zebrina. Une pièce à conviction se présente comme une magnifique occasion de renouer avec le théâtre que ce soit en salle ou chez soi. Quelle superbe façon de constater que, même avec une conception minimaliste et un auditoire réduit, une équipe d’artistes de talent peut réussir à offrir un spectacle rassembleur et à la hauteur des attentes.

10-09-2020


TNM
84, rue Sainte-Catherine Ouest
Billetterie : 514-866-8668 ou en ligne

Facebook Twitter Youtube