Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Se dissoudre
3, 4, 5, 6 novembre 2020, 19h, 7 novembre 16h

Se dissoudre, dernière création de Catherine Gaudet pour une interprète est un espace où la solitude se fait révélatrice de ce qui reste quand tout est suspendu.

Lentement, se dissoudre. Non pas disparaître, mais s’additionner, se multiplier, s’amalgamer. Comme le sucre dans un thé. Là où le temps se dilate, la consistance des heures est si légère, prise en étau entre un passé révolu et un futur incertain. Délicatement, l’interprète Marie-Philippe Santerre danse cette trajectoire inconnue, ciselée, faite de contrastes, de modulations, de répétitions, de pulsations. Comme la tige d’une plante qui s’élance par à coups et tourne plusieurs fois sur elle-même pour atteindre sa maturité. Elle consent à l’attente. En observe les bienfaits. Perçoit sa propre transformation. Face à elle-même, si bien ancrée, quand le bruit se tait, elle contient l’essentiel. Elle est tous les possibles.

Après L’affadissement du merveilleux, qui avait marqué les esprits des spectateurs de l’Agora de la danse en 2018, la chorégraphe québecoise Catherine Gaudet poursuit sa recherche sur l’ambiguïté comme vecteur de sensation et d’évocation. Avec finesse, elle fait émerger du fond des êtres, ce qui nous compose, dans notre dureté, notre complexité, notre simplicité. Le corps se fait écran tendu, prêt à accueillir les images, les impressions et les sensations qui font de nous ce que nous sommes, dans tout ce que nous contenons d’avouable et d’inavouable. Entre le flottement et la suspension, individuellement et collectivement, nous sommes l’écran de projection d’un film dont nous sommes aussi l’acteur.


Chorégraphie Catherine Gaudet
Interprétation Marie-Philippe Santerre


Crédits supplémentaires et autres informations

Direction des répétitions et conseil dramaturgique Sophie Michaud
Conception sonore Antoine Berthiaume
Lumières Alexandre Pilon-Guay
Scénographie et costumes Justine Bernier-Blanchette
Direction de production Elsa Posnic
Photo Mathieu Verreault

Durée 60 minutes

22$, 28$ | 29$, 35$

À SURVEILLER

Surveillez le Midi-coulisse virtuel sur Facebook Live. Une rencontre exclusive - 28 octobre 12h15 - Rendez-vous sur la page Facebook https://www.facebook.com/agoradeladanse

EXPOSITION

La pandémie et le confinement qu’elle a entraîné ont bouleversé nos vies et bousculé la Ville. Pour une rare fois, Montréal a ralenti son rythme, laissant ses avenues et ses lieux emblématiques habituellement vibrants d’activités et d’effervescence, vides. Lucie Bazzo a rapporté de ses promenades en solitaire, au gré des rues désertées, une série d’instantanés et de clichés pris sur le vif avec son téléphone cellulaire. Témoin privilégiée de cette soudaine solitude, elle en a capturé les lumières et les lignes architecturales. Photographier la ville en pouvant se tenir sans risques au milieu de la rue a quelque chose de surréaliste, tout autant que tous ces commerces en pause. Entre cette étrange et invraisemblable force qui se dégage de cette absence de vie et une certaine détresse qu’on peut imaginer à travers ces photos, Lucie Bazzo voulait partager ces petits moments pris en des temps exceptionnels.
Exposition commentée par des textes de l’autrice Lise Vaillancourt.

Une production Catherine Gaudet

Agora de la danse
Facebook    Youtube Vimeo  Instagram


______________________________________
Édifice WILDER
1435, rue De Bleury, Montréal
Place-des-Arts
Billetterie 514 525-1500 - achat par Internet sur la page officielle de l'Agora de la danse