Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Des souris et des hommes
12 janvier 2020, 20h

George et Lennie rêvent. De liberté, de prospérité et d’un peu de bon temps. Inséparables, ils voyagent de ferme en ferme, travaillant dur afin de réunir assez d’argent pour réaliser leur projet : posséder leur propre terre, élever des lapins et goûter un bonheur tranquille. George, débrouillard et protecteur, veille depuis toujours sur Lennie, son ami simple d’esprit. Pourvu d’une force herculéenne, Lennie aime caresser tout ce qui est doux de ses mains redoutables. Dans cette vie de misère, de labeur et de survie, où prime généralement le chacun pour soi, George et Lennie comptent l’un sur l’autre. Ils se heurteront, malgré cela, à une cruelle fatalité.

Chef-d’œuvre de la littérature américaine, tragédie simple et puissante qui dépeint l’humanité à son état brut, Des souris et des hommes de John Steinbeck figure parmi ces grands classiques qu’il importe de revisiter. De nombreuses fois adapté pour la scène, le cinéma et la télévision, le texte vivra dans une langue vive et fulgurante grâce à une nouvelle traduction signée Jean-Philippe Lehoux. Alors que le mythe du rêve américain continue de produire son lot de démunis et de laissés-pour-compte, cette fable intemporelle sur l’amitié et la quête de liberté trouve toujours écho aujourd’hui.


Texte de John Steinbeck
Mise en scène de Vincent-Guillaume Otis
Traduction de Jean-Philippe Lehoux
Avec Benoit McGinnis, Guillaume Cyr, Nicolas Centeno, Marie-Pier Labrecque, Martin-David Peters, Luc Proulx, Gabriel Sabourin et deux comédiens à confirmer


Crédits supplémentaires et autres informations

Décor Romain Fabre
Costumes Marc Sénécal
Éclairages Julie Basse
Musique Jean Gaudreau
Accessoires Normand Blais
Assistance à la mise en scène Stéphane Capistran-Lalonde
Photo Caroline Laberge

Tarifs entre 32,00 $ et 59,00 $

EN TOURNÉE EN 2019 / 2020
6 décembre 2019 / Beloeil
13 décembre 2019 / LaSalle
10 janvier 2020 / Sainte-Marie-de-Beauce
12 janvier 2020 / Québec
14 janvier 2020 / Baie-Comeau
17 janvier 2020 / Saint-Jean-sur-Richelieu
31 janvier 2020 / Gatineau
1er février 2020 / Gatineau
5 février 2020 / Lac-Mégantic
7 février 2020 / Laval
11 février 2020 / Chicoutimi
15 février 2020 / Salaberry-de-Valleyfield
19 février 2020 / Victoriaville
21 février 2020 / St-Hyacinthe
22 février 2020 / Joliette
23 février 2020 / Saint-Jérôme

Production DUCEPPE


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

La force de l’amitié






Crédit photos : Caroline Laberge

À la barre du Théâtre Jean-Duceppe depuis un peu plus d’un an déjà, les directeurs artistiques Jean-Simon Traversy et David Laurin prennent leurs aises en programmant des spectacles prônant un fort engagement social tout en poursuivant les projets amorcés par leur prédécesseur. C’est dans ce contexte qu’ils ont plongé dans le projet initié par Vincent-Guillaume Otis (mise en scène) et Jean-Philippe Lehoux (traduction) : l’adaptation théâtrale du roman Of mice and men de John Steinbeck.

La pièce prend place dans un village rural de la Californie, au plus creux de la Grande Dépression des années 1930. Le décor imaginé par Romain Fabre évoque un dortoir avec ses murs de bois et ses lits de métal. La lumière orangée de Julie Basse rend compte d’une chaleur écrasante et la chorégraphie d’allées et venues des personnages qui ouvre le spectacle rappelle la routine implacable des travailleurs. Or, la beauté de ce lieu semblant presque confortable ne permet pas de faire ressortir les conditions de vie misérables de l’époque ni de créer l’atmosphère étouffante qui traverse l’œuvre originale. Il règne une certaine camaraderie au sein du ranch qui fait que les personnages restent tous attachants malgré les conflits qui les opposent. Même Curley, le fils du propriétaire du ranch qui semble prendre Lennie en grippe, suscite davantage de pitié que de haine chez le spectateur.

Dès la première conversation entre Lennie et George, le caractère impitoyable de la pièce est mis en relief, comme si les deux amis étaient pris dans l’engrenage d’un cycle infernal.

Les hommes travaillent dur, portés par le désir de faire fortune ou de posséder leur propre maison, alors que Mae – seule femme du récit – caresse plutôt le rêve de devenir célèbre en faisant carrière à Hollywood. Chacun cherche à tirer son épingle du jeu dans la dureté d’un monde qui n’épargne personne. Guillaume Cyr incarne un Lennie bienheureux et rêveur. Toutes ses actions sont dictées par sa passion pour les lapins, souris et autres choses douces à caresser, ainsi que par son désir de posséder son lopin de terre avec son ami George. Benoît McGinnis campe quant à lui un George protecteur et intelligent, dont le bonheur dépend du bien-être de son compagnon. La scène finale de la pièce montre d’ailleurs l’intensité de cette préoccupation, alors que sa compassion pour Lennie atteint son paroxysme. Ensemble, les deux hommes forment un duo inséparable et fidèle qui célèbre toute la force de l’amitié.

La traduction de Jean-Philippe Lehoux permet de moderniser la pièce tout en resserrant l’histoire autour de ses nœuds les plus importants. Dès la première conversation entre Lennie et George, le caractère impitoyable de la pièce est mis en relief, comme si les deux amis étaient pris dans l’engrenage d’un cycle infernal. Dès qu’ils trouvent un semblant de stabilité dans un ranch, un drame est provoqué par Lennie. Si ses capacités physiques hors normes excusent pour plusieurs sa simplicité d’esprit, c’est aussi ce qui lui rend la vie si difficile. Comme le mauvais sort qui pourchasse les personnages de contes, George et Lennie semblent frappés par une malédiction qui transforme toutes leurs entreprises en cauchemar.

Au final, la force de l’histoire de Steinbeck, l’interprétation sans faille des deux principaux acteurs et la beauté de la scénographie ne peuvent qu’émouvoir le public, mais une mise en scène plus audacieuse et moins léchée aurait sans doute ajouté une profondeur au spectacle et aurait pu surprendre davantage.

05-11-2018
Salle Albert-Rousseau
2410, chemin Ste-Foy
Billetterie : 418-659-6710 - 1-877-659-6710

Facebook Twitter


Dates antérieures (entre autres)

Du 24 octobre au 1er décembre 2018 - Duceppe