Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Des promesses, des promesses
Du 26 mars au 5 avril 2019, 19h30

Miss Brodie a derrière elle une carrière d’enseignante marquée par quelques coups d’éclat. Après avoir pris sa retraite, elle reprend du service, le temps d’une suppléance dans une école primaire de Londres. Dans cette classe dont personne ne veut, une jeune élève somalienne refuse de parler. Liées par les secrets qu’elles portent toutes les deux, la fillette et l’enseignante tisseront un lien des plus forts, au-delà des mots et de la bêtise humaine.

Création applaudie par le public et la critique en 2016 à Montréal, Des promesses, des promesses sera présentée pour la première fois à Québec. Micheline Bernard, qui a remporté le Prix de la critique 2017 pour son interprétation, donne vie à cette Miss Brodie dans un récit drôle et poignant, mis en scène par Denis Bernard.


Texte Douglas Maxwell
Traduction Maryse Warda
Mise en scène Denis Bernard
Avec Micheline Bernard


Crédits supplémentaires et autres informations

Assistance à la mise en scène Dominique Cuerrier
Décor et costumes Marc Senécal
Éclairages Claude Cournoyer
Musique Larsen Lupin

Durée 1h30

17 avril - mardi-rencontre

TARIFS
Régulier : 38 $
60 ans et plus* : 33 $
30 ans et moins* : 28 $

* Une pièce d’identité sera demandée lors de l’achat et/ou lors de l’entrée en salle.
Les tarifs incluent les frais de service et les taxes.
Possibilité de changer de date jusqu’à 24h d’avis à la billetterie. Des frais de 3 $ par billet s’appliquent.
Aucun remboursement sur les billets.

Une production du Théâtre de la Manufacture


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en 2016, lors de la création de la pièce à La Licorne




Crédit photos : Suzane O'Neill

Jusqu’au 19 novembre 2016, Micheline Bernard montera seule sur les planches de La Licorne pour porter les mots de l’auteur écossais Douglas Maxwell dans Des promesses, des promesses (Promises, promises), une pièce créée au Tron Theatre de Glasgow en février 2010. En 2014, dans le cadre de l’Événement Québec-Écosse, l’auteur avait vu Micheline Bernard jouer dans sa pièce Une veuve respectable s’initie à la vulgarité (A Respectable Widow Takes To Vulgarity) et était tombé sous le charme de l’actrice. Cette fois, la comédienne prête ses traits à Miss Brodie, une professeure en fin de carrière qui retourne à l’école pour faire un remplacement, après avoir pris sa retraite de l’enseignement à deux reprises. Si au premier abord, la pièce semble porter sur la rencontre entre l’enseignante d’expérience et une jeune élève somalienne de 6 ans qui pratique un mutisme sélectif, la fable consiste plutôt à découvrir qui est cette femme qui semble avoir des secrets et un passé difficile à cacher.

La comédienne entre en scène par une toute petite porte, de la hauteur d’un enfant du primaire, qui l’oblige à se pencher. L’ambiance sonore conçue par Larsen Lupin est discrète, mais très efficace, et le décor de Marc Sénécal est simple : une table avec deux chaises et un abreuvoir caractéristique des établissements scolaires. Dès qu’elle commence à parler, Miss Brodie apparaît comme une femme hautaine, orgueilleuse et suffisante, qui a des idées bien arrêtées sur tous les sujets. Avec un humour décapant et une pointe de mépris, elle imite ses collègues et commente les dérives d’un système d’éducation ultra-protecteur qui prône le politically correct. Toutefois, une grande lucidité transparaît derrière ce cynisme apparent, qui laisse finalement deviner que la femme respecte beaucoup l’enseignement et les enfants.

C’est le texte qui constitue la faiblesse du spectacle. L’histoire est un peu clichée : une professeure amère et désagréable, prise avec des problèmes d’alcool, se révèle un être empathique, bienveillant, voire salvateur, pour les enfants. La réitération de l’importance de tenir ses promesses devient rapidement agaçante, les métaphores sont soulignées à trop gros trait – notamment celle associée au mutisme de la jeune fille – et la fin est prévisible à souhait. Si ce n’était pas de l’interprétation remarquable de Micheline Bernard, qui ajoute une épaisseur au personnage de Miss Brodie, la pièce resterait assez pauvre sur le plan narratif. C’est d’ailleurs sur le jeu de l’actrice que Denis Bernard a basé sa mise en scène. Mentionnons aussi l’efficacité des jeux de lumière employés pour évoquer la présence de l’élève somalienne. Même si la jeune fille n’apparaît pas physiquement sur scène, les éclairages conçus par Claude Cournoyer rendent sa présence tangible dans la salle.

Bien que Des promesses, des promesses reconduit plusieurs lieux communs liés au milieu scolaire, le texte mélange habilement l’humour des répliques assassines de Miss Brodie et le tragique à la base de l’histoire. Et ne serait-ce que pour voir le premier solo en carrière de Micheline Bernard, la pièce vaut le déplacement.

04-11-2016


 
La Bordée
315, Saint-Joseph Est
Billetterie : 418-694-9721

Facebook Twitter

Dates antérieures (entre autres)

Du 1er au 19 novembre 2016, du lundi au jeudi 19h, vendredi 20h - supplémentaires 12 et 19 novembre, 20h
Du 19 mars au 6 avril 2018
Du 11 au 22 mars 2019 - La Licorne