Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Con Grazia
7 et 8 février 2018, 20h

Maîtres dans l’art de faire voir les sons, virtuoses touche-à-tout, les orfèvres du geste Martin Messier et Anne Thériault sont les détonateurs vivants d’un opus sous tension dédié à la démolition des objets. Dans Con grazia, ils sonnent le glas de la matière. Dans l’ombre de cette destruction méticuleuse et performative, des machines grondent, prêtes à exécuter le chaos. Musique du fracas. Les marteleurs s’appliquent à la tâche suivant une partition précise. Volent en éclats des objets choisis pour leur harmonie sphérique. Une série de flashs hallucinés s’additionnent : le gant, la massue, le geste. Les mains pensent et frappent. Manipulées par les performeurs, les sources de lumière impriment de petits miracles sur la rétine. Les lampes caressent ce que la destruction libère de beauté. Messier et Thériault pulvérisent avec grâce et torturent le fruit mûr dans une hécatombe musicale et rythmique intensément sensorielle. Une ode inquiétante à l’agonie du monde matériel.


Mise en scène, création et interprétation : Martin Messier + Anne Thériault


Crédits supplémentaires et autres informations

Musique : Martin Messier
Lumières : Martin Messier + Anne Thériault + Jean-François Piché
Conception visuelle : Thomas Payette
Robotique : Louis Tschreiber
Œil extérieur : Patrick Lamothe
Photo : Martin Messier
Conception matérielle : Robocut
Idéation : Martin Messier
Technique lors de la création : Dominique Hawry + Maxime Bouchard

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 7 février

Durée 50 minutes

Prévente : 25 $
Étudiant / Aîné : 30 $
Général : 36 $

Martin Messier, Anne Thériault
14 lieuxLorganisme
Montréal
Coprésentation Recto verso
Coproduction : Festival TransAmériques (Montréal)
Résidences de création : Circuit-Est Centre chorégraphique (Montréal), Théâtre Hector-Charland (L’Assomption)


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en 2016

C'est exactement pour ce type de spectacles que l'on aime tant le FTA. Pour voir des formes autres que le théâtre pur et dur, des objets inusités, des disciplines différentes, comme c’est le cas pour Con Grazia.

Le travail de Martin Messier (Sewing Machine Orchestra, Soak) est mondialement prisé et récompensé, mais plutôt méconnu ici. Et pourtant. Quel spectacle incroyable, original et étonnamment émouvant, malgré qu'on n'y entend aucune parole, et que les personnages ne sont véritablement que des objets inanimés.


En répétition - crédit photo : Sandr

Con Grazia, interprété par Messier et Anne Thériault, c'est la destruction d'une multitude d'objets à coup de marteau (ampoules, melon d'eau, tomates, ballons…), une séance de percussion sur des coussins mous, des images en gros plans filmées en direct d'une tomate qui se fait écraser, une chorégraphie de quatre bras mécaniques et des tasses qui dansent au son de vibrations, le tout accompagné de musique électronique et de réverbérations des objets eux-mêmes. Aucune parole, aucun personnage humain ; toute la place est laissée aux objets, manipulés avec une grande précision et selon une partition respectée à la lettre, en accord parfait avec la lumière, les sons et le visuel.

Incroyable qu'un spectacle comme celui-ci puisse nous transporter dans un registre aussi rempli d'émotions. Le pouvoir de susciter, chez le spectateur, autant d'interprétations différentes de ses présentations est assurément l’une des plus grandes forces du travail de cet artiste accompli et qui sort de la norme. Si certains y ont vu une histoire relevant du conte et d'un univers fantastique se rapprochant d'Alice au pays des merveilles, d'autres ont plutôt ressenti la violence du monde et la gravité de certaines situations de la vie, indescriptibles, mais perceptibles.

Con Grazia mérite grandement d'être vu, parce que si difficile à décrire, d'où toute son originalité. Il s'agit d'un spectacle que l'on ressent, au plus profond de nous-mêmes, beaucoup plus que l'on observe et qu'on comprend. Empruntant au domaine des arts visuels et pratiquement à l'ingénierie, avec une installation technique des plus complexes, mais parfaitement harmonisée avec la manipulation des objets, Con Grazia nous transporte vraiment ailleurs. Cette performance, car il s'agit vraiment de cela, sort le public de sa zone de confort en présentant une forme totalement méconnue du théâtre, celle de l'expérimentation pure, du rapport aux objets et aux émotions qu'ils peuvent susciter quand des humaines les mettent en scène.

02-06-2016


 

Salle Multi de la coopérative Méduse
591, rue de Saint-Vallier Est
Téléphone : 418-524-7553
Billetterie Billetech


Dates antérieures (entre autres)

1er au 3 juin 2016, 21h - Espace Libre (FTA)