Salle Albert-Rousseau | Le Diamant | Ex Machina | Théâtre du Trident | Les Gros Becs | La Bordée | Maison pour la danse | Maison Jaune | Méduse | Périscope
Petit Champlain | Le petit théâtre de Québec | Premier Acte
PériscopeThéâtre Périscope
2, rue Crémazie Est
Québec, Québec, G1R 1Y2
Téléphone : 418-648-9989
Fax : 418-648-6569
Billetterie : 418-529-2183
www.theatreperiscope.qc.ca


Facebook Twitter

À l'affiche cette saison
(pour les autres saisons, voir les Archives - les détails de la saison peuvent changer sans préavis)



Agrandir le plan
Périscope

Communiqué 20 septembre 2017 : Travaux au Périscope - réaménagement du début de saison et relocalisation de pièces

En raison de travaux plus importants que prévu sur le bâtiment, le Périscope se voit dans l’obligation de réaménager son début de saison.  Dans l’incapacité d’accueillir le public en ses murs d’ici la fin des travaux prévue pour l’hiver 2018, l’équipe du Théâtre analyse actuellement toutes les options afin de relocaliser les spectacles concernés. Pour l’instant, aucun spectacle n’est retiré de la saison et le Périscope s’engage à informer régulièrement le public des avancements. [lire la suite]

Notre bibliothèque
29-30 septembre 2017

Une production du Théâtre Blanc (Québec) et 140 (Bruxelles)
Avec 24 lecteurs et lectrices accompagné(e)s de musicien(ne)s
En septembre, de petites bibliothèques libre-service seront installées un peu partout dans le quartier du Théâtre. Le public pourra y récupérer un livre et surtout, en laisser traîner un pour le plus grand bonheur des prochains passants. Quelques jours avant la tenue de Notre bibliothèque, les étagères des bibliothèques seront vidées de leur contenu pour que les livres se retrouvent sur scène, réunis au même endroit. Se succéderont ensuite pendant deux jours, des lecteurs/lectrices qui passeront sur scène pour faire entendre des extraits tirés au hasard des livres disponibles, et ce, pendant une demi heure chacun/chacune et sans préparation aucune. Une lancée dans le vide, un vertige, un fantasme. Des musicien(ne)s improvisateur(trice)s seront aussi de la partie, inspirés par les lectures faites en direct. Ici, le spectateur est libre d’entrer et de sortir quand il veut.

Hôtel-Dieu
Du 10 au 28 octobre 2017
Texte et mise en scène Alexandre Fecteau avec la collaboration d’experts
Avec Chantal Bonneville, Jacynthe Drapeau, Jasmin Hains, Louis-Olivier Pelletier, Guillaume Pepin, Ana Maria Pinto, Michèle Tousignant et un autre expert à déterminer
Production Nous sommes ici (Québec)
Hôtel-Dieu part d’une observation personnelle d’Alexandre Fecteau : peu importe notre souffrance, nous l’échangerions rarement contre celle d’un autre. Ici, le mot souffrance est employé au sens très large; grandes souffrances, mais aussi les petits désagréments et malheurs de l’existence qui font que jamais la vie n’est parfaitement dénuée de soucis. Ainsi, petite ou grande, il est question d’une réalité qui est le lot de tout un chacun. Tiré de rencontres avec des gens fréquentant la souffrance au quotidien (infirmière aux soins palliatifs, malades chroniques, survivants du suicide d’un proche, etc.), Hôtel-Dieu est divisé en trois volets : la souffrance et son sens, le deuil, les rituels.

Des arbres
Du 31 octobre au 11 novembre 2017

Texte Duncan Macmilan / Mise en scène Benoît Vermeulen
Avec Sophie Cadieux et Maxime Denommée
Production Théâtre de La Manufacture (Montréal)
En ces temps d’incertitudes, de changements climatiques et de crise économique, est-ce réellement une bonne idée de mettre un enfant au monde? Alors qu’autrefois il s’agissait de désirs instinctifs, il semble qu’aujourd’hui faire un tel choix a le pouvoir de porter atteinte à la nature. Entre responsabilité sociale et relation amoureuse, comment ces deux êtres imparfaits qui se considèrent comme « de bonnes personnes » arriveront-ils à faire un choix? Et si cet enfant faisait partie de la solution plutôt que du problème? Dans une action qui se déroule en une seule scène parsemée d’ellipses et de dialogues entre les deux personnages, Des arbres est avant tout une histoire d’amour
.

Titus
Du 17 novembre au 2 décembre 2017

Texte William Shakespeare / Mise en scène et adaptation Édith Patenaude
Avec Mykalle Bielinski, Véronique Côté, Laurie-Eve Gagnon, Marie-Hélène Gendreau, Marie-Hélène Lalande, Dominique Leclerc, Joanie Lehoux, Anglesh Major, Valérie Marquis, Claudiane Ruelland et un autre comédien à confirmer
Production Les Écornifleuses (Québec)
En s’attaquant au texte le plus sanglant de Shakespeare, Les Écornifleuses restent fidèles à ce à quoi elles nous ont habitués : un théâtre de bouleversement des codes, des langages, des rôles, des intentions. Avec Titus, le public sera confronté à une tragédie, mais verra aussi une lueur d’espoir. Loin de vouloir ajouter à la tonne de haine que le monde entier reçoit chaque jour, Les Écornifleuses souhaitent plutôt la représenter pour, ensuite, y mettre un grand coup d’amour. Dans un spectacle où le jeu remplira l’espace, le sang coulera, oui, mais les chants s’élèveront.

Baby-sitter
Du 16 au 27 janvier 2018

Texte Catherine Léger / Mise en scène Philippe Lambert
Avec Isabelle Brouillette, Victoria Diamond, François- Xavier Dufour et Steve Laplante
Production Théâtre Catfight (Montréal)
À une époque où l’égalité entre les sexes est sur toutes les lèvres, où chacun cherche à prendre sa place, homme ou femme, comment le couple réussira-t-il à trouver son équilibre? Quelle est la place des hommes dans le mouvement féministe et dans les débats qu’il provoque? Mais surtout, comment survivre à ces débats sans se perdre soi-même?

Closer - Tout contre toi
Du 6 février au 3 mars 2018

Texte Patrick Marber / Traduction Fanny Britt / Mise en scène Marie-Josée Bastien
Avec David Bouchard, Jean-Michel Déry, Claudiane Ruelland et Alexandrine Warren
Production Théâtre Niveau Parking (Québec)
Entre conflits silencieux, pulsions humaines, stratégies troubles et ambigües, les personnages de Closer vivront leur obsession jusqu’à la fin. OEuvre majeure du théâtre contemporain (portée au cinéma en 2004, aux États-Unis), c’est la première fois que Closer sera montée au Québec. Réflexion sur le caractère insondable du désir, la vérité demeure le thème central de la pièce. Jeu de tension entre désirs et limites des rapports humains, il y est question de sexe avec autant de désinvolture et de détachement que s’il était question du temps qu’il fait.

L'incroyable légèreté de Luc L.
Du 13 au 31 mars 2018

Texte et idée originale Philippe Soldevila, Christian Essiambre, Pierre Guy Blanchard et Luc LeBlanc
Mise en scène Philippe Soldevila
Avec Christian Essiambre, Pierre Guy Blanchard et Luc LeBlanc
Production Théâtre Sortie de Secours (Québec) et théâtre l'Escaouette
Trois gars du Nouveau-Brunswick nés à quelques kilomètres les uns des autres; mêmes écoles, mêmes arénas, même Université et même passage au Pays de la Sagouine. Trois gars élevés dans un environnement social rude; batailles, exploits dangereux, violence, alcool. Trois gars devenus artistes dans un contexte où la fragilité est une faiblesse, où la sensibilité est réprimée socialement. Comment ces trois gars se sont rendus jusqu’ici, comment sont-ils devenus ce qu’ils sont? Après plusieurs mois d’exploration et fidèle aux deux premiers volets, Philippe Soldevila dresse ici, encore une fois, le portrait d’êtres extrêmement attachants et bouleversants, avec humour, profondeur et humanité.

Dévoré(s)
Du 27 mars au 14 avril 2018

Présenté dans le Studio Marc-Doré
Texte Jean-Denis Beaudoin / Mise en scène Jocelyn Pelletier
Avec Olivier Arteau, Jean-Denis Beaudoin, Ariane Bellavance-Fafard et cinq autres interprètes à confirmer
Production La Bête noire (Québec)
Après le succès de Mes enfants n’ont pas peur du noir, présenté à Premier Acte en 2014 et au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui à l’automne 2016, et de Épicerie, également présenté à Premier Acte, en 2016, Jean-Denis Beaudoin fait son entrée au Périscope avec sa toute nouvelle création. Théâtre éclaté et surprenant oscillant entre le cinéma à la David Lynch et le théâtre de genre, nous retrouvons l’univers décalé et cinglant du jeune auteur. Flirtant avec l’horreur, l’onirisme et le thriller, il s’inspire ici légèrement du « Teen movie » pour créer un environnement unique et déstabilisant.

Tomates
Du 5 au 21 avril 2018

Texte et idée originale L’orchestre d’hommes-orchestres (librement inspiré de À nos amis du Comité invisible et du conte Le sabre de lumière et de vertu de sagesse)
Avec L’orchestre d’hommes-orchestres et invités
La prémisse du spectacle : sept personnes s’enferment dans un espace délimité par une corde et font le pacte de ne jamais en sortir. Ils prennent possession de la grande salle, l’occupent, s’y installent, y vivent, affranchis des conventions. Au sein de ce microcosme intime et déroutant, des alliances se créent, des conflits naissent. Dans un fatras d’objets, de chants révolutionnaires et d’images vidéo captées en direct, les langages se marient pour explorer les notions de collectif, d’anonymat, de pouvoir et d’enfermement.

Os - La montagne blanche
Du 24 avril au 5 mai 2018

Texte et idée originale Steve Gagnon / Mise en scène Denis Bernard
Avec Steve Gagnon et les musiciens Adèle Trottier-Rivard et Nicolas Basque
Production Théâtre Jésus, Shakespeare et Caroline
Avec Os, nous retrouvons l’écriture très intime et spasmodique de Steve Gagnon. Il y est question de refuge, de mémoire, de l’importance des rituels, des chemins déjà tracés sur lesquels nous bâtissons notre propre itinéraire, du legs et de l’infinité des possibles. Après la mort de sa mère, un homme quitte tout pour partir travailler sur un site archéologique. Entre une correspondance avec son amoureuse restée au Québec et ses conversations avec la dame qui l’héberge, il réfléchit sur la mort, sur le passé, sur l’homme à travers le temps, sur ce que signifie être un homme, sur la passation du sang, de la force et du courage.

De retour
Le Festival du Jamais Lu

7, 8 et 9 décembre 2017

Direction artistique Marianne Marceau
Une production du Jamais Lu
À travers une série de lectures théâtrales mettant à l’honneur les mots, cette 7e édition revient prendre d’assaut le Périscope, transformant la salle en un quartier général / bar / salle de spectacle où la parole est directe et libre; où les auteurs allument des feux inspirants, absolument énergisants; où la fête peut éclater et nous rassembler pour célébrer ce formidable acte de résistance qu’est le geste d’écrire.