Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Conte du soleil
8 à 12 ans
Du 3 au 14 avril 2019
voir aussi Trilogie d'une émigration
Octavio s’inquiète de voir Étienne, son fils de 10 ans, les yeux toujours rivés à un écran. Il faut dire qu’Étienne n’est pas plus rassuré de voir son père, un homme de « théââââtre », répéter ses textes avec autant d’exubérance. Le fossé de générations – et de tempéraments – qui les sépare s’est encore agrandi depuis la séparation des parents d’Étienne. Heureusement que le destin saura leur donner un coup de main pour les unir à nouveau…

Trois magnifiques comédiens, portés par un texte rempli d’humanité et de vérité, incarnent les personnages attachants du dernier volet de cette grande histoire qui se déroule au Québec et en Espagne. Grâce au pouvoir du théâtre, qui semble aujourd’hui éloigner le père et le fils, les quatre générations de cette saga familiale ainsi que les deux continents qui les séparent se trouveront réunis. C’est dans ce lieu de tous les possibles qu’Étienne trouvera la force et le courage d’ouvrir son cœur à son père.

Alors qu’Octavio écrit sa pièce de théâtre, son fils lui dit : « Ça serait bien que l’histoire ne soit pas racontée par un adulte mais par un enfant, qui, à la fin de la pièce, aurait le droit de se révolter et de dire ses quatre vérités à son père. » Qu’est-ce qu’Étienne cherche à faire comprendre à son père ? Quel pouvoir a celui qui décide de la façon de raconter une histoire ?


Texte et mise en scène : Philippe Soldevila
Interprétation : Hugues Frenette, Vincent Legault et Agnès Zacharie


Crédits supplémentaires et autres informations

Scénographie originale : Luc Rondeau et Erica Schmitz
Costumes, accessoires et adaptation des décors : Erica Schmitz
Musique et environnement sonore : Jean-François Mallet
Lumières : Christian Fontaine

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES (après la représentation de 15h) : dimanche 7 avril 2019

TARIFS

Spectacles
réguliers

Spectacles intimes*

Trilogie d'une émigration (pour les 3 spectacles)

À LA CARTE 17,00 $ 20,00 $ 30,00 $
Abonnement 2 spectacles 15,00 $ 18,00 $ 24,00 $
Abonnement 3 spectacles et + 13,00 $ 18,00 $ 24,00 $

Tarif par personne par spectacle. Taxes en sus.
Frais d’administration inclus. Frais de 2 $ pour envoi des billets par la poste.

*Les spectacles intimes, parce qu’ils sont présentés devant un petit nombre de spectateurs installés sur la scène, vous font vivre une expérience de proximité avec les artistes. Places limitées.

COUSINS PHILOSOPHIQUES

Pour tous les spectacles s’adressant aux enfants de plus de 4 ans, une activité philosophique aura lieu après une des représentations familiales. Des microcellules de discussion seront animées par des médiateurs qui auront pour mandat de faire échanger les jeunes sur les thèmes du spectacle. Des activités et des jeux seront conçus en fonction du groupe d’âge des spectateurs. À la fin, tous les participants se regrouperont et un résumé des échanges sera partagé collectivement, parce que oui, on peut philosopher à tout âge !

GRATUIT

SPECTACLE
par ordre chronologique
DATE
après la représentation de 15 h
LA MÈRE TROLL Samedi 20 octobre 2018
PETITE SORCIÈRE (En solo) Dimanche 11 novembre 2018
PETITE SORCIÈRE (Quatuor) Samedi 10 novembre 2018
FIGUREC Dimanche 3 février 2019
MARCO BLEU Dimanche 17 février 2019
JE SUIS WILLIAM Dimanche 3 mars 2019
C’EST MA SŒUR ! Jeudi 7 mars 2019
(après la représentation de 10 h)
Vendredi 8 mars 2019
(après la représentation de 10 h)
Dimanche 17 mars 2019
EDGAR PAILLETTES Dimanche 24 mars 2019
CONTE DU SOLEIL Dimanche 7 avril 2019
26 LETTRES À DANSER Samedi 18 mai 2019

Durée 55 minutes

Production Théâtre des Confettis en collaboration avec Théâtre Sortie de Secours


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

Après Conte de la lune, créé il y a plus de 10 ans déjà, et Conte de la neige, Philippe Soldevila conclut brillamment sa trilogie sur l’émigration, l’identité et la résilience avec Conte du soleil, une pièce tout aussi drôle que touchante qui réunit quatre générations sur une même scène de théâtre et... de la vie.






Crédit photos : courtoisie Théâtre des Confettis

Depuis la séparation de ses parents et son déménagement, le jeune Étienne s’enferme dans son monde virtuel, scotché à son écran devant le jeu Minecraft. Octavio, son père devenu comédien (un souhait qu’il ne faisait que chérir alors qu’il n’avait que 10 ans dans Conte de la neige), ne comprend pas ce fils solitaire, qui, selon lui, devient une larve devant l’écran lumineux, et l’exhorte à sortir, à voir des amis. Pourtant, de son côté, Octavio fuit aussi, en faisant de la course à pied ou en se plongeant dans son travail. En fier alter ego de Soldevila, Octavio veut écrire une pièce sur sa lignée, partie d’Espagne pour fuir la guerre civile. Malgré les nombreuses feuilles manuscrites sur lesquelles sa grand-mère a couché des pans de sa vie, Octavio piétine et la pièce n’avance guère. C’est Étienne qui, grâce à la magie du théâtre, entrera en contact avec elle, dans le même théâtre où son père travaille. Tout en chantant, sa « grande yaya » l’entraîne à travers le temps et l’espace et lui raconte des bribes de sa vie et de son époque au pays du soleil. Du coup, elle répare peu à peu le fil brisé de ses origines et lui apprend à cesser de se cacher derrière ses bonnes intentions et à s’affirmer. Parce que la colère, non pas celle violente, mais celle qui permet de mettre des holà, peut déclencher des discussions salvatrices.

(...) Philippe Soldevila conclut brillamment sa trilogie sur l’émigration, l’identité et la résilience avec Conte du soleil, une pièce tout aussi drôle que touchante (...)

Philippe Soldevila s’est librement inspiré des membres de sa famille pour raconter cette histoire très près de lui. Il aborde ainsi deux sujets qui le touchent et qu’il connaît plutôt bien : son histoire, en tant que petit-fils d’immigrant, et le théâtre. Car la pièce est une immense mise en abîme perpétuelle, où le narrateur, Étienne, sait qu’il est un personnage, tout en prenant entièrement part aux péripéties qui s’enchaînent. Le metteur en scène saisit alors l’occasion d’expliquer, de manière très ludique, quelques traditions théâtrales au jeune public, dont les douze coups, la sentinelle, les coulisses, les changements de costumes, les trappes secrètes… L’enfant et le parent spectateurs se voient ainsi ouvrir les portes dérobées de la représentation.

Si la scène est plutôt nue, sauf pour le fameux coffre, qui fut sur scène tout au long de la trilogie, et du sol craquelé rappelant celui d’un désert, quelques projections en fond de scène de photos anciennes et de séquences filmées au début du siècle viennent animer le propos de la grand-mère.

Avec sa bouille juvénile et sa tête frisée, Vincent Legault interprète avec aisance le jeune Étienne. Hugues Frenette est d’un naturel désarmant dans celui du père, Octavio, et dans les habits de quelques autres personnages, dont le « père de lait » de la grand-mère. Cette dernière est incarnée superbement par Agnès Zacharie, qui reprend ce personnage, puisqu’elle fut de toutes les pièces de la trilogie. Difficile de ne pas apprécier, voire succomber pour cette femme forte, indépendante, qui s’affirme haut et fort contre l’injustice.

Grâce à une direction précise, toutes les scènes, que ce soit celles plus narratives, plus jouées ou de retour en arrière s'enchaînent très agréablement, sans perdre le spectateur dans ce dédale théâtral. Par contre, l'une des scènes entre le père et le fils, où Octavio demande à sa progéniture comment il se sent, est un peu moins convaincante que le reste de la proposition.

Durant tout le spectacle, une question fait son chemin : sommes-nous dans la tête de l’arrière-grand-mère qui veut tant se rappeler avant d’oublier, dans un des livres du grand-père écrivain, ou alors dans la pièce de théâtre du père d’Étienne? Mais peu importe, Conte du soleil vient jeter un (dernier) rai de lumière sur cette famille qui, après de multiples épreuves, semble vouloir éclater, mais qui saura trouver les mots, grâce à la grand-mère et à Étienne, pour se retrouver. Car « plus on se rapproche, plus on se parle, et plus on se parle, plus on s’aime ».

25-11-2018
 
Maison Théâtre
245, rue Ontario Est
Billetterie : 514-288-7211

Facebook Twitter Youtube Instagram

Dates antérieures (entre autres)

Du 21 novembre au 2 décembre 2018, Théâtre jeunesse Les Gros Becs