Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Lien(s)
21 et 22 mars 2018, 20h

Portée par une musique électronique exaltante, Lien(s) met en avant les singularités physiques et les sensibilités personnelles des cinq interprètes qui s’entrechoquent à un rythme effréné, tel un tourbillon. Cette pièce très athlétique prend place dans une scénographie épurée où le travail finement ciselé de lumières définit un espace de jeu à géométrie variable. Dans ce huis clos où la perception de soi et de l’autre est scrutée à la loupe se dévoilent les identités tour à tour vulnérables, confrontantes et confrontées, intrigantes et torturées, publiques et pudiques des protagonistes. À la croisée des danses urbaines et contemporaines, la chorégraphie d’Ismaël Mouaraki invite à une expérience sensorielle dans un univers abstrait et organique où être et paraitre se chevauchent pour laisser percevoir les multiples possibilités des corps et la richesse des différences. L’art chorégraphique métissé figure ici une métaphore sociale contemporaine brandie comme un réflecteur critique.


Chorégraphie : Ismaël Mouaraki
Interprétation : Joe Danny Aurélien, Geneviève Boulet, Jossua Collin, Félix Cossette, Geneviève Gagné


Crédits supplémentaires et autres informations

Musique : Antoine Berthiaume
Lumières : Paul Chambers
Costumes : Angela Rassenti
Répétition et conseil artistique : Annie Gagnon
Scénographie : Marilène Bastien
Direction technique : Olivier Chopinet
Photos : Philippe Provencher, Le Foutoir

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 21 mars

Durée 55 minutes

Prévente : 25 $
Étudiant / Aîné : 30 $
Général : 36 $

Ismaël Mouaraki
Destins Croisés
Montréal


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en 2016

Un mélange d’influences se retrouve dans Lien(s), où les mouvements des danseurs nous évoquent tantôt break-dance, tantôt waacking ou même parfois voguing. Les cinq interprètes de la compagnie Destins croisés (Geneviève Gagné, Jossua Collin, Félix Cossette, Joe Danny Aurélien et Geneviève Boulet) ont chacun leur style de danse qui s’entrecroisent, justement - un style cependant un peu flou et moins défini chez certains d’entre eux.


Crédit photo : Le Foutoir

Ainsi, ces personnalités de danse urbaines et contemporaines vont se croiser et interagir, en duo, trio, quatuor ou quintette, par des jeux de contacts chorégraphiés avec talent par le Franco-Marocain Ismaël Mouaraki. Le danseur et enseignant de l’École de danse contemporaine de Montréal fait bouger ses interprètes sur une musique électronique pendant 55 minutes sans pause, les mouvements s’enchaînant avec fluidité et constance.

C’est court, mais intense, rythmé. Pour ce spectacle, Ismaël Mouaraki s’est inspiré de l’atmosphère, de l’énergie et de l’activité des buanderies publiques. Quand il commence à travailler sur le spectacle, en 2013, il fait évoluer ses interprètes dans un décor de grosses laveuses et sécheuses autour desquelles s’organisent les mouvements qui transportent parfois des paquets de linge - on a d’ailleurs pu en voir quelques images prometteuses.

Malheureusement, il décide en cours de route d’abandonner cette scénographie pour un espace complètement épuré ; c’est la déception quand on s’installe devant la scène vide. À la place, un jeu de lumière savant fait apparaître et disparaître des lignes, qui forment des espaces géométriques où dansent les artistes.

Si cette mise en scène minimaliste concentre l’attention du spectateur sur le mouvement des danseurs, on regrette un peu les possibilités acrobatiques qu’auraient générées les machines à laver. Le spectacle est énergique, puissant et soutenu par l’excellente technique des danseurs, mais la répétition - qui figure les cycles de lavage - et l’absence de décor ou d’éléments de jeu rendent les courtes 55 minutes finalement bien suffisantes.

06-02-2016


 

Salle Multi de la coopérative Méduse
591, rue de Saint-Vallier Est
Téléphone : 418-524-7553
Billetterie Billetech


Dates antérieures (entre autres)

Du 3 au 5 février 2016, 20h - Agora de la danse