Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Baby-Sitter
Du 13 au 24 novembre 2018, mardi et mercredi 19h, jeudi et vendredi 20h, samedi 16h

Habituée à donner une place particulière aux personnages féminins nouveaux et dérangeants, la compagnie Théâtre Catfight propose ici une comédie grinçante qui plonge le public au cœur d’une réflexion sur le féminisme et la misogynie latente.

À une époque où l’égalité entre les sexes est sur toutes les lèvres, où chacun cherche à prendre sa place, homme ou femme, comment le couple réussira-t-il à trouver son équilibre? Quelle est la place des hommes dans le mouvement féministe et dans les débats qu’il provoque? Mais surtout, comment survivre à ces débats sans se perdre soi-même?

Cédric perd son emploi suite à une blague sexiste devenue virale sur Internet. Épaulé par son frère, un journaliste vedette qui dénonce fortement la misogynie, Cédric entame l’écriture de Sexist Story, un livre-témoignage pour purger son propre machisme. Nadine, copine dudit misogyne, exaspérée par l’introspection de son chum, se tournera plutôt vers la baby-sitter aux jeux thérapeutiques... étonnants.


Texte et idée originale Catherine Léger
Mise en scène et appui dramaturgique Philippe Lambert
Avec David Boutin, Isabelle Brouillette, Victoria Diamond et Steve Laplante


Crédits supplémentaires et autres informations

Décor, costumes et accessoires Elen Ewing
Éclairages Étienne Boucher
Musique Benoît Côté

TARIFS
PRIX EN PRÉVENTE : 23 $ (jusqu'à la veille du jour de la première)
PRIX DÈS LA PREMIÈRE DU SPECTACLE: 36 $
Lors d'ajout de supplémentaire : billet à 36$ en tout temps
Les billets pour Foreman, spectacle présenté dans le Studio Marc-Doré, seront à 23 $* en tout temps, et ceux pour le déambulatoire La porte du non-retour à 12 $* en tout temps.

STUDIO MARC DORÉ : 23$ en tout temps

*Les taxes et les frais de services sont inclus dans nos tarifs

Une production Théâtre Catfight


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en mai 2017

Le phénomène «Fuck her right in the pussy» a débuté en 2014 avec une vidéo qui est rapidement devenue virale (un million de vues en une journée) montrant un reporter tenant des propos vulgaires à propos d’une jeune Américaine disparue. Selon la légende (urbaine), ce même reporter aurait ensuite perdu son emploi. Cette vidéo était l’oeuvre d’un plaisantin et a été prouvée fausse, mais le phénomène a pris de l’ampleur lorsqu’un autre homme - un autre farceur -  s’est amusé à approcher des femmes journalistes en plein reportage pour rapidement saisir leur micro et y hurler la désormais célèbre phrase. Les deux comiques ont ainsi fait des petits, et partout dans le monde, des journalistes ont eu à subir les assauts de l’armée «Fuck her right in the pussy». En 2015, un Ontarien a lancé la fameuse phrase à une journaliste qui interrogeait des partisans lors d’un match de soccer et a fini par perdre son poste chez Hydro One. 




Crédit photos : Magali Cancel

L’auteure Catherine Léger semble s’être inspirée de cette anecdote pour créer la pièce Baby Sitter, mise en scène par Philippe Lambert et jouée jusqu’au 13 mai au théâtre La Licorne. La pièce s’ouvre d’ailleurs sur la phrase « Fourre-la dans le cul! », criée par Cédric (David Boutin, très juste), lors d’une entrevue donnée à Chantal Machabée lors d’un match des Alouettes. La vidéo de cette entrevue devient rapidement virale et Cédric est suspendu de son poste chez Hydro-Québec, ce qui ne semble pas trop l’inquiéter. Rapidement, son entourage lui fait réaliser la gravité de son geste : sa conjointe Nadine (brillante Isabelle Brouillette) aimerait qu’il offre des excuses publiques, alors que son frère Jean-Michel, journaliste populaire (magnifiquement joué par Steve Laplante), considère que ce ne serait pas assez. Il suggère plutôt à Cédric de plonger au coeur de sa misogynie et de transformer ses excuses en livre féministe. Un livre « nécessaire », selon ses dires.

Rapidement, on reconnaît en Cédric le «bon gars», le sportif un peu douchebag pour qui tout est une blague, mais qui n’a jamais pris conscience de la portée de ses mots ou de ses actions. Lorsqu’il se met à réfléchir, poussé par son frère, aux relations qu’il a eues avec les femmes, il constate qu’il est loin d’avoir été exemplaire. Il devient confus, il trouve difficile de se remettre en question, d’être confronté aux comportements problématiques qu’il a eus par le passé. Son frère n’est guère mieux; tellement occupé à vouloir jouer le bon féministe qu’il ne se rend même pas compte que son désir de «sauver» les femmes est en fait bien nombriliste et qu’il ne fait que s’approprier une cause pour se faire valoir.

L’un des intérêts de la pièce est de suivre l’évolution du personnage de Nadine, la copine de Cédric et mère de leur bébé de 5 mois, au contact de la baby sitter interprétée par une Victoria Diamond délicieuse d'innocence perverse. Cette dernière, de par sa présence et les jeux qu’elle propose, permettra à Nadine de regagner du contrôle sur sa vie, contrôle qu’elle semble avoir perdu depuis la naissance de son enfant, et de sortir peu à peu de son état dépressif.

L’écriture décapante de Catherine Léger permet de traiter de sujets sérieux - le féminisme, les faux-alliés, la misogynie, la dépression post-partum - tout en faisant éclater la salle de rire à de multiples reprises.

La scénographie simple, mais efficace, contribue aussi à ce que le spectateur retrouve ses repères : une chambre d’enfant rose au papier peint orné de lapins côté jardin et un canapé au centre de la scène, pas besoin de plus. Les jeux d’ombres et de lumières, les extraits audio, les costumes surprises; tout est judicieusement pensé pour servir le potentiel comique du texte de Catherine Léger sans lui faire perdre sa substance. Et que dire de la finale… explosive!

Avec son humour caustique, sa mise en scène efficace et le jeu nuancé, juste et comique de ses acteurs, la pièce Baby Sitter est un moment de pur divertissement intelligent. 

24-05-2017


 
Théâtre Périscope
2, rue Crémazie Est
Billetterie : 418-529-2183

Facebook Twitter

Dates antérieures (entre autres)

Du 18 avril au 6 mai 2017 - Théâtre La Licorne
Du 25 juillet au 5 août 2017 - dans le cadre du 375e de Montréal - Théâtre La Licorne