Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Pour qu'il y ait un début à votre langue
Du 14 au 25 janvier 2020
mardi et mercredi 19h, jeudi et vendredi 20h, samedi 16h

Inspirée de l’oeuvre de Sylvain Trudel, la pièce fait entendre, dans une langue franche et une poésie assumée, la parole d’une jeunesse en furie, insoumise, prisonnière d’une vie où tout pourrait avoir lieu, mais où rien n’arrive jamais; en quête d’une terre de liberté à laquelle appartenir, enfin.

Frédéric a 25 ans et il attend la mort. Parce qu’il refuse de mourir dans la langue inutile de ses parents, il ne parle plus à personne. À cette époque surchargée de bruits insignifiants, se taire est un premier acte de résistance. Dans la fièvre qui le conduit lentement vers la mort, le temps et l’espace s’embrouillent. Défile à son chevet une succession de morts et de vivants : une mère humiliée, un père silencieux, un amour disparu, un frère d’âme couvert de flammes. Alors que le sable envahit de plus en plus sa chambre d’hôpital, c’est finalement une procession imposante d’antilopes qui mènera Frédéric bien loin de sa banlieue natale.


Texte et idée originale Steve Gagnon
Adaptation Inspirée de l’univers de Sylvain Trudel
Mise en scène Steve Gagnon
Avec Linda Laplante, Frédéric Lemay, Nathalie Mallette, Daniel Parent, Pascale Renaud-Hébert, Claudiane Ruelland, Jonathan Saint-Armand et Richard Thériault


Crédits supplémentaires et autres informations

Assistance à la mise en scène Émile Lafortune
Décor Estelle Charron et Marie-Renée Bourget Harvey
Lumière Julie Basse
Costumes Estelle Charron
Musique Uberko
Direction artistique Steve Gagnon, Jean-Michel Girouard et Claudiane Ruelland

Durée à venir

Soirée rencontre
Tous les premiers vendredis de chaque spectacle, les créateurs se prêtent au jeu de questions-réponses pour expliquer les aspects de la production et entendre vos points de vue

TARIFS
PRIX EN PRÉVENTE : 25 $ (jusqu'à la veille du jour de la première)
PRIX DÈS LA PREMIÈRE DU SPECTACLE: 36 $
Lors d'ajout de supplémentaire : billet à 36$ en tout temps

STUDIO MARC DORÉ : 25$ en tout temps

*Les taxes et les frais de services sont inclus dans les tarifs
Choisissez 7 pièces ou plus de la programmation régulière et obtenez la carte privilège « Fidèle au poste ». Elle vous permettra de bénéficier de nombreux avantages

Billets suspendus : Inspirés des Cafés suspendus, les Billets suspendus vous invitent à faire un don dans le but d’offrir un billet à un inconnu n’ayant pas les moyens de se le procurer. Soucieux de développer un public riche, inclusif et ouvert sur le monde, le Périscope s’engage à combler la différence des dons pour proposer, ensemble, l’expérience de l’art vivant aux bénéficiaires des organismes suivants : PECH, Accès-Loisirs Québec, Maison Revivre. Les dons peuvent être faits directement dans le foyer du théâtre ou sur le site www.theatreperiscope.qc.ca

Production Compagnie Théâtre Jésus, Shakespeare et Caroline


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée lors de la création en avril 2019

Dans les entrevues accordées sur la nouvelle création qu’il a écrite et dirigée, Pour qu’il y ait un début à votre langue, Steve Gagnon expose son désir de désacraliser l’aura autour du concept de la représentation et de plonger au plus près du cœur de l’esprit de la performance. Avec huit interprètes doués et une salle Fred-Barry légèrement transformée, les astres semblaient parfaitement alignés pour l’atteinte de ses ambitions. Pourtant, son exécution scénique, aussi prometteuse semblait-elle, laisse une impression d’inachèvement.


Crédit photo : Dylan Sheper

La production s’inspire de l’œuvre de Sylvain Trudel (dont les romans Le Souffle de l’Harmattan et Du mercure sous la langue) habitent depuis longtemps l’imaginaire de Gagnon. Même si elle ne comporte pas une seule ligne de l’écrivain à l’écriture forte et rebelle, elle garde tout de même une certaine familiarité avec le présent texte. Pendant deux heures et dix minutes sans entracte, Pour qu’il y ait un début à votre langue raconte le destin de Frédéric (Frédéric Lemay), même prénom que le protagoniste de Du mercure sous la langue, à deux époques de son existence. Nous nous retrouvons d’abord en 2018 dans une chambre d’hôpital aux soins palliatifs où Frédéric, âgé de 26 ans,  ne parle plus à personne sauf à la compréhensive infirmière (Claudiane Ruelland). Il refuse de mourir dans la langue de sa famille qu’il juge d’une incroyable vacuité intellectuelle. À ce présent peu joyeux s’enchevêtre l’époque de ses 16 ans dans une banlieue québécoise anonyme où lui et sa grande amie Odile (Pascale Renaud-Hébert) rencontrent Wilson (Jonathan St-Armand), originaire du Massaï en Afrique de l’Est. Les comparses ressentent la même insatisfaction face à un monde sans rébellion et sans espoir grandiose. À la suite d’un événement tragique, le trio se sépare. Entre deux échanges de cette jeunesse fougueuse, se succèdent à tour de rôle les membres de la famille du jeune garçon (Nathalie Mallette, Daniel Parent, Linda Laplante et Richard Thériault).   

Avec huit interprètes doués et une salle Fred-Barry légèrement transformée, les astres semblaient parfaitement alignés pour l’atteinte de ses ambitions. Pourtant, son exécution scénique, aussi prometteuse semblait-elle, laisse une impression d’inachèvement.

L’intrigue s’amorce alors que Frédéric, vêtu simplement d’une jaquette, nous demande de fermer nos téléphones intelligents (et tout autre objet bruyant) et installe une sorte de poudre brune dans un lit. Ses premiers mots ne peuvent être plus directs et crus: « j’ai chié dans mon lit/j’ai fait caca/je me suis rendu compte de rien ». D’une chimie indéniable, les échanges avec l’infirmière et la succession d’actions intimes qui s’ensuivent sont d’une belle tendresse. Certaines des séquences sont accompagnées en arrière-fond sonore de chansons populaires (dont Lovesong de The Cure, joli souvenir de la fin des années 1980).

Dans son souhait de briser l’illusion du quatrième mur, Steve Gagnon a réparti le public entre quatre sections distinctes, deux de chaque côté en position bifrontale avec l’aire de jeu au centre. À divers endroits se trouvent des micros derrière lesquels les artistes expriment leurs états d’âme. Quand ils ne sont pas impliqués directement dans l’action, ceux-ci en suivent le déroulement, assis à divers endroits dans l’espace. Or, le résultat paraît trop timide et éparpillé pour convaincre réellement. Reconnaissable par ses tableaux successifs (qui alternent d’une décennie à l’autre), la mise en scène ne traduit pas suffisamment l’énergie attendue d’une telle forme théâtrale aussi fragmentée et elliptique. Par ailleurs, la langue rugueuse, parfois aux envolées vertigineuses et à d’autres occasions d’une vulgarité assumée par l’auteur (qui a remporté le prix Marcel-Dubé pour sa précédente réalisation Os - la montagne blanche), se perd dans tous ses effets scéniques distrayants. Par exemple, le père se promène lors d’un monologue avec un vieil écran d’ordinateur (pour parler du reset sur l’appareil de la grand-mère), un choix artistique un peu facile, tout comme ceux de jeter des boites de macaronis sur le sol ou encore une apparition soudaine du sable qui tombe du plafond. Mentionnons par contre la finale saisissante et inattendue, nous laissant imaginer la frénésie du traitement scénique si toute la folie et la délinquance de la partition avaient émergé sur le plateau.     

Fort heureusement, les faiblesses sont compensées par les prestations d’actrices et d’acteurs. Dans la peau de ce Frédéric vindicatif et qui refuse d’abdiquer devant le conformisme ambiant, Frédéric Lemay se révèle à la hauteur de ce rôle complexe. Sous les traits de ses deux complices, Pascale Renaud-Hébert et Jonathan St-Armand démontrent une assurance tangible, surtout la première avec sa personnalité frondeuse. D’une autre génération, leurs autres partenaires insufflent une ferveur émouvante à leurs compositions respectives, entre autres Nathalie Mallette et Linda Laplante, particulièrement brillantes.      

Quelques minutes avant la finale l’infirmière lit ces mots : « et pour que l’automne ne vous donne plus envie de mourir/l’automne deviendra la saison des naissances/et il vous faudra inventer des couleurs nouvelles pour/donner des noms à mes enfants/et vous vous êtes tus », dans un magnifique élan. Car malgré le résultat parfois laborieux de l’entreprise, Pour qu’il y ait un début à votre langue contient des phrases poétiques vibrantes, telles « des bêtes féroces de l’espoir », pour reprendre un vers emblématique de Gaston Miron.

09-04-2019

Théâtre Périscope
2, rue Crémazie Est
Billetterie : 418-529-2183

Facebook Twitter Instagram Vimeo

Dates antérieures (entre autres)

Du 11 au 29 septembre 2018 - Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier